Education, Health and Science

LA DIRECTION AUTREMENT

A l’heure actuelle, l’organisation structurale d’une compagnie n’a plus rien à voir avec les modèles conservateurs du siècle passé. C’est la raison pour laquelle le système de management doit être lui aussi revu et corrigé pour s’adapter à ces nouvelles donnes.

Aujourd’hui, le management « bête et méchant » n’a plus de prise sur les employés et pire, dessert totalement la bonne marche de l’entreprise. Il est indispensable de se référer à la base de données économiques et sociales actualisées. Il est plus qu’évident que regarder vers un même objectif, que l’on soit simple ouvrier ou directeur général, est à la base de tout. L’image du PDG paternaliste et despotique reste encore dans les mémoires. Il y avait le but du directeur, il y avait les miettes pour les employés. De nos jours, sans pour autant parler de grande complicité, la relation directeur versus employé est plus égalitaire, en tout cas, complémentaire. Ce sont plutôt des alliances de talents qui sont à l’œuvre.

Pour autant, même si la position Follow The Leaderdu dirigeant est plus « humaine », elle reste néanmoins initiatrice des choses et des actions à mener. Le dirigeant, même s’il consulte ses subalternes, tranchera pour une ligne de conduite à prendre au final. Ce dernier devra également responsabiliser et motiver ses équipes pour atteindre les buts fixés. Par ailleurs, puisque cette façon de diriger n’est pas axée sur la peur, la menace, le système hiérarchique pur et dur, le manager devra déployer des trésors d’empathie mais également de fermeté pour faire entendre sa ligne d’action. Il devra montrer l’exemple pour remporter l’acceptation totale de ses employés.

C’est l’écoute, se mettre à la place de ses employés qui sera une des meilleures solutions pour influer positivement sur la dynamique globale de la société. L’union vers des objectifs communs a toujours été très fédératrice. Il y va de l’intérêt de tous. Le dialogue est par conséquent plus que nécessaire entre les différentes parties en jeu.

C’est dans la confiance que vont se créer les initiatives, les progressions et les évolutions des équipes. Obliger ses subalternes ne fonctionne plus et n’est vraiment plus d’actualité. La motivation ne s’acquiert que par la sincère confiance. Il est important d’être dans le partage, l’empathie et de parler à cœur ouvert. Le manque de sincérité, un jour ou l’autre, pénalisera la relation et la croissance de l’entreprise. Lorsqu’on intervertit les rôles, les deux parties peuvent en effet mieux réaliser les enjeux et motivations de chacun. L’humanité est la clé d’un bon management actuel.

Passé ce premier et primordial facteur, il faudra, par la suite, obtenir de ses employés une acceptation pleine et entière pour avancer vers un même but. Outre les qualités humaines, il sera nécessaire de posséder des arguments valables et solides pour convaincre une équipe. La clarté est vraiment indispensable aux yeux de tous pour avancer. Rien de pire que des objectifs flous, des directions peu affirmées. C’est une communication douce mais ferme et claire qui est attendue. L’échange et l’écoute seront primordiaux pour consolider une direction et des objectifs vers lesquels tendre.

Anton Fuller

Anton Fuller

I am a freelancer from London, who loves dogs and barbecuing at home.
Anton Fuller
Anton Fuller

Anton Fuller

I am a freelancer from London, who loves dogs and barbecuing at home.

View more posts from this author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *